16 juin 2008

Un éléphant, ça trompe...

babarDans le traité de Lisbonne, certains ne voient qu’un nouvel avatar du rouleau compresseur ultra-libéral. Pour eux, voter « oui » reviendrait à préciser à quelle sauce nous voulons être mangés.

D’autres voient une (modeste) avancée vers l’Europe puissance, mariant politiques économiques, diplomatie coordonnée, contrôle parlementaire sur les décisions, harmonisation sociale et fiscale, que nous appelons de nos vœux.

Nous sommes comme les aveugles de la fable face à un éléphant : certains tâtent les pattes et disent « Ce sont les colonnes d’un temple », d’autres s’emparent de la trompe et s’écrient « Au secours, c’est un serpent ».

Ce n’est ni l’un, ni l’autre. Juste 3000 pages de texte jargonnant dont le seul but est de faire bouger un peu l’éléphant. Pas assez pour se protéger du tigre (asiatique) mais pas assez non plus pour nous écraser les pieds.

La seule chose de sûre, c’est qu’avec le non irlandais, les partisans d’une Europe minimale, réduite à une zone de libre échange, ont marqué un point. Le dumping fiscal et social va pouvoir continuer…

Pour une analyse plus sérieuse de ce qu’aurait pu changer la ratification du traité, voir le blog Lozère socialiste.

Posté par GULLIVER à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Un éléphant, ça trompe...

Nouveau commentaire