28 mars 2007

La démocratie selon Sarkozy : un témoignage

C’est l’histoire de deux jeunes de 20 ans qui souhaitaient assister au meeting d’un candidat se présentant aux élections présidentielles.

Les deux jeunes rentrent sans aucun problème à l’intérieur. Ils sont même très vite sollicités par des militants qui leur donnent pancartes et autocollants.

Après quelques minutes, ils répondent aux questions de deux journalistes du journal de Karl Zéro (http://www.lejt2zero.fr voir au 26 mars). Durant cet interview, Ils  ne cachent pas leur non appartenance à ce parti mais expliquent qu’ils désirent écouter le programme de ce candidat.

Les deux jeunes attendent alors dans le calme le début du meeting.

10 minutes après l’interview, trois grands gaillards de la sécurité leur demandent leurs cartons d’invitation que, après confirmation des journalistes, personne n’avait. Les vigiles leur demandent fermement de les suivre afin de s’expliquer.

Durant leur expulsion du meeting, quelques militants chargés de l’organisation approuvaient avec insistance leur départ forcé en employant des termes peu respectables tels que « virez les, ils n’ont rien à faire ici ».

Suite à cela les deux jeunes sont amenés à 200 mètres de la salle et priés de ne plus revenir de la soirée.

Les deux jeunes ont donc quitté les lieux en étant indignés de cette pratique peu démocratique de la part d’un prétendant au poste de président de la république.

Cette histoire est réelle, nous l’avons vécu Mardi 20 Mars 2007 au grand-Dôme de Villebon-sur-Yvette (91) et le candidat en question est Monsieur  Nicolas SARKOZY.

Les deux jeunes, c’est nous. Louis Devilleneuve et Vincent Venault.

Une dernière chose, le 22 Avril prochain a lieu le premier tour des élections présidentielles, étudiez donc bien le profil et le programme de chaque candidat car l’avenir de la liberté de chacun en dépend.

                                                            Louis et Vincent.

                                                louisdevilleneuve@wanadoo.fr

                                                vincent.venault@wanadoo.fr

Posté par GULLIVER à 18:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires sur La démocratie selon Sarkozy : un témoignage

  • Sarko pire que sego

    Salut
    votre histoire est plausible, mais quand on lit cela de l'extieur et que l'on se dit Sarko c'est mieux que la chianli des soixantehuitards genre Jack Lang qui s'est fait viré de Blois pour sa bonne gestion...
    Sarko au pouvoir sera controlé par l'assemblée nationale et les lois.
    En clair, soit vous portez plainte, soit vous écrivez à Sarko pour lui donner un droit de réponse, mais le truc en tre les 2, j'ai du mal à avaler completement
    bien essayé (pour info, si vous ne publiez pas mon texte je comprendrai...)

    Posté par lejl, 30 mars 2007 à 23:23 | | Répondre
  • Trois commentaires sur votre commentaire.
    1/ Il faut arrêter de dire que tous les maux de la France c'est à cause de 1968 ! Mai 68 est la version française d'un courant mondial de libération des moeurs et d'aspiration à dépasser la société de consommation. A l'époque, grâce aux politiques keynésiennes, nous connaissions croissance et plein emploi et nous pouvions nous offrir le luxe de nous interroger sur le sens de notre destin collectif et sur le fait de savoir si l'accumulation de marchandises (ou de spectacles) était un objectif valable pour l'humanité. Notre génération n'a pas à en rougir. Pour ne prendre qu'un exemple, dans la France d'avant 1968, l'homosexualité était un délit puni par la loi. Voudrait-on revenir à cette conception de l'autorité ?
    2/ Jack Lang n'a pas été "viré" de Blois pour mauvaise gestion. Il a abandonné Blois pour tenter de se faire élire à Paris. C'était une erreur politique mais sa gestion n'a rien à voir là-dedans.
    3/ Je reconnais qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat dans l'incident mentionné. Sarkozy est capable de bien pire que ça mais j'ai voulu donner la parole à ces jeunes gens comme je vous ai donné la parole en publiant votre commentaire.

    Posté par gulliver, 31 mars 2007 à 17:01 | | Répondre
  • bonsoir

    bonsoir lejl,

    je me permets de vous répondre,

    cette histoire est plausible et est bien réelle.

    en ce qui concerne le droit de réponse, nous avons envoyé plusieurs fois des messages à monsieur Nicolas Sarkozy par l'intermédiaire de son site de campagne.
    Nous n'avons eu à ce jour aucune réponse. Nous sommes en train de contacter la section essonne de l'ump afin d'essayer de comprendre pourqui nous avons eu ce traitement lors de ce meeting.

    en vous souhaitant bonne une soirée.

    Vincent

    Posté par venault vincent, 02 avril 2007 à 20:20 | | Répondre
  • J'étais, hier soir, au meeting de Mr Sarkozy à Clermont-Ferrand, à la grande Halle d'Auvergne, et c'est impressionnant comme les 3 amis qui étaient avec moi nous nous reconnaissons dans cet article.
    Nous avons été placés avec les étudiants de l'ump, dans les premiers rangs. Nous avons écouté les différents intervenants, et enfin Mr Sarkozy. Aucune insulte ni propos désobligeant n'est sorti de nos bouches, à aucun moment, témoins en sont les jeunes pro-ump avec qui nous avons DISCUTé, avec une très bonne ouverture d'esprit, on a comparé les programmes des 2 candidats, tout cela dans une très bonne ambiance, entre jeunes. Mais aparamment notre présence n'a pas plu à certaines personnes debout dans l'allée qui nous voyaient rester. La seule chose qui aurait pu vraiment nous être reproché, c'est d'avoir crier Ségo au moment où beaucoup de monde criait Sarko.
    Au bout de 20 minutes, arrivés d'un organisateur Ump : "Vous 3 vous me suivez !" Voici la suite, racontée par un de mes amis :

    « J'essaye de savoir ce qu'on nous reproche et voilà ce qu'il nous répond: "Tais-toi, laisse moi parler, des gens sont venu se plaindre de la mauvaise ambiance que vous mettez, à crier vos conneries (=Ségo?), il y a 5 mecs qui vous surveillent en haut (il les montre du doigt), si dans les 5 minutes j'entends une seule de vos conneries, on vous sort à l'aide des pitbulls"
    Des gens ayant pris nos places, et ne voulant pas se faire tabasser, nous sommes sortis et nous avons rejoins d'autres personnes devant la Halle.
    Bien évidemment, un mec de la sécurité s'est bien assurer que nous sortions en nous suivant tout le trajet.
    Nous n'étions pas les seuls, d'autres se sont fait gifler, d'autres insulter par la même sécurité. »

    Qu'avons nous fait ? Rien, si ce n'est venir assister à un meeting, en respectant les idées de chacun.
    C'est en sortant, enfin en nous faisant sortir de l'enceinte de la grande Halle, que nous avons trouvé d'autres personnes, des jeunes, l'un s'était vu refusé l'entrée, simplement parce qu'il n'était pas au goùt de l'ump (précisons pour certains qu'il était habillé de façon "normale"), et une autre jeune fille est arrivée en pleurant. Elle a levé son bras pendant le meeting, montrant peut être son appartenance à d’autres idées politiques, mais sans attaquer personne. Si elle est venue, c’est pour écouter le candidat présent, non pas par plaisir de se faire virer. C'est alors que 4 hommes lui ont retenus les bras et mis les mains sur la bouche pour qu'elle ne puisse pas hurler, elle s'est alors retournée et a reçu une bonne droite dans la figure.
    Nous ne sommes pas des provocateurs. Nous avons assisté à d'autres meetings, sans jamais nous faire traiter ainsi. Nous étions venus pour écouter d’autres idées, respectant les idées des gens présents, mais ceux-ci ont –ils fait de même ?

    Posté par Pauline, 28 avril 2007 à 11:59 | | Répondre
Nouveau commentaire