20 avril 2007

Ruptures : le constat terrifiant de la politique répressive du quinquennat

Serge Portelli est membre du Syndicat de la Magistrature. Dans Ruptures, il dresse un bilan aussi documenté que terrifiant des années Sarkozy en matière de libertés, de délinquance et de Justice. Cet ouvrage vient d'être « empêché de publication avant les élections ». A sa lecture, on comprend pourquoi…

Derrière les statistiques truquées (les crimes et délits recensés par la police représenteraient le tiers de la délinquance réelle selon l’INSEE), apparaît l’échec du tout-carcéral, politique démagogique qui instrumentalise les victimes en les exhibant au lieu de les indemniser. Nos prisons, qui sont désormais les pires de l’Europe, sont nourries par l’incarcération des malades mentaux, par l’explosion de la détention provisoire (20 000 « présumés innocents » !) due à la surcharge des tribunaux, par une procédure de « comparution immédiate » qui… traîne en longueur, par une justice automatique calquée sur l’anti-modèle américain. Pendant ce temps, la police, plus occupée à faire du chiffre qu’à nous protéger, se livre à un harcèlement en règle des mineurs et des étrangers…

Mais le plus inquiétant pour l’avenir est peut-être dans la conception très « musclée », digne du 1984 d’Orwell, que l’ex-ministre a entrepris de mettre en œuvre : fichage dès la crèche, traitement chimique des délinquants, atteintes au secret professionnel, refus de la présomption d’innocence et de l’indépendance de la justice…

L’un des grands mérites de ce livre essentiel (qui circule actuellement sur le Web, ultime espace de liberté) est d’allier un constat implacable à des propositions concrètes d’améliorations. Réservez-le chez votre libraire pour fêter la prochaine défaite de l’apprenti dictateur ! 

Posté par GULLIVER à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Ruptures : le constat terrifiant de la politique répressive du quinquennat

Nouveau commentaire